Le projet "Corps et voix" mené à l'EHPAD de Carsac-Aillac (24), a été soutenu par le dispositif "Culture et M├ędico-social", porté par l'Agence Culturelle D├ępartementale Dordogne Périgord, et cofinancé par le Conseil Départemental de la Dordogne, la DRAC Nouvelle Aquitaine et l'ARS Nouvelle Aquitaine.

Il concernait en premier lieu les résidents du secteur protégé, et avait vocation à s'ouvrir à ceux du secteur ouvert et plus largement à l'extérieur — personnels soignants, familles, publics tiers — en vue de faire évoluer regards et pratiques en lien avec la maladie et le handicap.

Il s'est déroulé en deux phases, la deuxième donnant lieu à la production de vidéos :

  • Extrait de la séance de reprise du 30.08.2017 ici,
  • "Corps et voix" — le documentaire ici,
  • Documentaire complété de la restitution "Les mains aimables" ici.
Ainsi qu'à un "journal–bilan" venant s'insérer dans le journal interne de l'établissement.


Une première phase s'est déroulée de juin 2016 à janvier 2017, avec une restitution donnée le 18 janvier 2017 au sein du secteur protégé.

Cette première phase avait pour objectif d'expérimenter la pratique d'ateliers chant a capella et danse contemporaine auprès de ce public, afin de voir ce qui par le corps et la mémoire ou inscription corporelle était susceptible d'être reçu, partagé, voire approprié par les résidents. La pratique artistique était aussi l'occasion de rompre avec le quotidien et les habitudes en donnant de la place au "jeu " au sens propre, pour ramener de la vitalité et recréer du lien social.

L'expérience s'est avérée concluante de par :

  • l'apaisement, la détente et la joie manifestés par les résidents ;
  • l'évolution des troubles comportementaux (gestes, sociabilité, reconnaissance) ; à noter un temps de concentration oscillant entre 1h15 et 1h30, voire jusqu'à 2h avec la pause goûter en cours d'atelier, ce qui paraît énorme pour ce public fragile et atteint de troubles cognitifs ;
  • la participation de plus en plus marquée et spontanée ;
  • la façon dont les résidents se sont ouverts et ont progressé, en mouvement, en chant, et en qualités de proposition, allant jusqu'à co–écrire un conte dansé et chanté avec les intervenantes.


La deuxième phase a été engagée en suivant sur demande de l'EHPAD.

Elle s'est déroulée d'août 2017 à janvier 2018, avec la présence d'un intervenant vidéo pour capter le travail mené. Les objectifs étaient :

  • pousser plus avant ce qui avait été esquissé, avec notamment le développement de la co–écriture amorcée, une recherche de corporéités chantées et dansées plus avancée, et l'aboutissement d'une restitution en dehors du secteur protégé ;
  • renforcer l'implication des familles, en les associant aux ateliers et en leur proposant des temps spécifiques ;
  • partager avec les équipes questionnements, regards, et chemins possibles en direction de la personne fragilisée 
  • questionner ce qui est travail et plus généralement prise en soin de la personne — qu'en est-il des ateliers et du travail d'animation?
  • installer autour du projet une dynamique transversale à l'EHPAD, et amener les résidents du secteur ouvert à reconsidérer ceux du secteur protégé.

La restitution a eu lieu le 28 janvier 2017. Avec les résidents, familles, et publics tiers invités, nous avons présenté le chemin parcouru ensemble, résidents, équipe soignante, artistes ; et offert aux regards extérieurs le partage vécu, et toutes ces possibilités d'expression, de mouvements, de sons, de faire sens.


Nous en retenons l'importance de remobiliser le corps et la relation avec ce public. Chant et danse travaillent sur des corporéités et temporalités très différentes mais complémentaires, et permettent de rompre avec le quotidien, les habitudes, les regards fatigués, en donnant de la place au "jeu" au sens propre, à la juste distance, pour ramener de la vitalité et recréer du lien social.
Ce "jeu" amène aussi à redécouvrir les personnes au–delà de leurs fragilités, dans leur ressources, et à questionner ce qui est prise en soin de la personne et de ceux qui l'entourent : ce qui pèse, ce qui porte, ce qui ouvre.

Nous concluons avec quelques mots : apaisement, détente, joie ; sociabilité, reconnaissance, confiance ; ouverture, participation, qualités de proposition.
Et la parole d'une partipante : "C'est surtout ce visage, enfin ce regard plutôt, un regard bon, qui fait qu'on se sent être bien, on fait bien, on est encouragé, soutenu".

RRES FR EN