Jany Pons Ballester, chant lyrique et traditionnel

Jany Pons Ballester s'est d'abord nourrie d'un parcours varié au sein de métiers de création et de projet : architecture, graphisme, communication, administration de compagnie, portage de projets culturels, de développement local et de sensibilisation urbaine.

Le travail vocal, mené conjointement depuis 2001, lui a permis de constituer peu à peu son répertoire de chant lyrique et traditionnel d'Europe et du bassin méditerranéen, en 34 langues. Elle s'est notamment formée auprès de Nadine Abad, Mireille Marie, Koitcho Atanassov, Martine Rol, Alan Bennett, Behnam Keryo, Nabila Zein, Catherine Joussellin, et Georges Petit.



En 2011, forte des expériences acquises quant à la conception, au montage et à la mise en oeuvre de projets, elle choisit de se consacrer à la création de son propre outil. Quatre ans plus tard un collectif en émerge : la compagnie Keruzha, à la fois proposition artistique et projet de territoire.


Au sein de la compagnie, elle co–développe un répertoire mêlant chant a capella, danse contemporaine, et arts plastiques. Chacun des spectacles est conçu comme une invitation au voyage, un chemin d'exploration sensorielle et poétique nourri de curiosité, de réflexion, et d'attention à l'autre.


Parallèlement, les propositions artistiques sont mises au service de la co–construction de projets pouvant contribuer à (re)tisser liens et degrés entre le champ dit de la culture et la culture au sens anthropologique, et favoriser ainsi une migration culturelle à même de soutenir et d'autonomiser des démarches de coopération et d'innovation ; de là le fait que la compagnie s'inscrit à la croisée des secteurs (culture, économie sociale et solidaire et éducation populaire), et est partie prenante du pôle de coopération La Coopé' rigord Noir.



Par ailleurs, sa pratique d'accompagnante en secteur palliatif (de 2000 à 2003 en Rhône–Alpes et depuis 2008 en Aquitaine) lui fait porter une attention particulière aux publics fragilisés. Cela se traduit par des interventions ponctuelles en EHPAD et en secteur psychiatrique et, de mi 2016 à début 2018, des ateliers au long cours menés en secteur MAMA (Maladie d'Alzheimer et Maladies Apparentées).


Les cloisonnements que vivent ces publics l'amènent en suivant à nourrir une réflexion sur le thème de l'en–commun, avec le parti pris de ne pas faire de différences entre les publics mais bien plutôt d'élargir les limites des partages possibles.

Le soutien du fonds de dotation InPACT et le prix Innov' assos 2019 lui permettent alors de passer du travail avec des publics spécifiques à celui avec des publics mixtes, au travers de créations collectives portées par des coopérations territoriales.


Enfin, ce terreau de rencontres multiples nourrit l'outil artistique et conséquemment la création en cours de nouvelles propositions artistiques.

FR EN