Lune porte, lune portée, matière lune, ma terre et mère, ma ronde père, père! arpentée...


Une légende raconte que, un jour, le Créateur s'est lassé de l'homme, de son agitation, de son inquiétude. De sa monstrueuse inquiétude. Il a pris un grand drap et il en a recouvert le monde.
C'est alors qu'une vieille femme, une grand-mère, une mère de mère, a vu venir la nuit. Elle a compris ce qui se passait. Elle s'est dressée de toute son autorité, de toute sa responsabilité, de toute sa force, et avec ses doigts elle a fait des trous dans le drap. Ce sont nos étoiles. Puis avec ses deux pouces ensemble elle a fait un gros trou dans le drap. C'est notre soleil.


Et depuis nous vivons sous le règne de la nuit.
Et le créateur sourit. Il veille.
La nuit est un cadeau, le drap est son enveloppe. Le drap prend soin du jour qui vient, il prend soin de l'éveil du matin, il prend soin du temps qu'il contient.
La nuit à l'intérieur est la complice du jour à l'extérieur.


Et les mères, les mères sont un reflet de la nuit. Elles veillent.
Katar e kuna, katar e amári kuna zhas amári cheranya.
A partir du berceau, de notre berceau nous suivons notre étoile.


RRES FR EN