Nous visons à ce que chaque projet collectif nous permette d'améliorer, de développer, et de partager notre outil, pour aller mieux loin ensemble au sein du territoire du Périgord Noir. De là le choix de l'association de s'inscrire dans la démarche collective de coopération co–portée par le Pays Périgord Noir.

Nous pouvons amener de notre champ propre :

  • le soutien au développement des capacités créatrices et sociales des participants, en proposant non en plus mais en lien un champ complémentaire où chaque participant est appelé à rééassembler par lui–même les savoirs acquis ou/ et soutenus par ailleurs, au service d'un projet commun à plusieurs groupes ne travaillant habituellement pas ensemble
  • et des clés de lecture pour l'établissement d'éléments et de critères d'appréciation non seulement du quoi (livrables), mais aussi du comment (processus, qualités permettant des greffes effectives d'ouvert), pour requalifier le quantitatif et le réancrer dans un récit commun accessible au collectif


Pour reprendre une notion d'Hannah Arendt, c'est le "Zwischen", le "entre les hommes" qui caractérise l'action au sens politique (large). Cette action s'oppose à la fabrication (isolant les hommes dans leur production), elle ne peut être qu'avec les autres, et permet de manifester la "natalité", la capacité des hommes à commencer ensemble quelque chose de nouveau.

En ce sens la démarche de coopération peut être un moteur fort. On dit coopération mais on pourrait dire commun, et au regard de cette dimension–là des confrontations concrètes avec d'autres pratiques et d'autres secteurs, ainsi que l'élaboration croisée d'appuis théoriques, sont précieux pour ne pas seulement faire mais agir, et participer du rééquilibrage des clivages sociétaux.


Il s'agit de contribuer à déterminer, progressivement et collectivement et de façon adaptée au territoire, comment mieux mobiliser et assembler la ressource au regard des problématiques :

  • en commençant par la ressource humaine/ ses capacités de projet et de risque, puisque cette capacité de projet est identifiée comme étant le premier facteur d'inégalités territoriales.
  • en entourant les processus de temps dédiés, et d'un climat de soin et d'une qualité d'attention tels que matriciels de capacitations cognitives et sociales
  • et en soutenant l’activation des aptitudes de conception en tant que soin protégeant et les individus et les collectifs

RRES FR EN