L'association Keruzha considère que l'artistique, réputé inutile et nécessaire, doit garder sa part d'inutilité pour être pertinent, tout en soignant les ouvertures et les liens qui le rendent nécessaire. De là le développement de deux jambes pour marcher : la création, et la mise en lien de cette ressource, le partage des processus qui la mettent en mouvement, au service de capacitations collectives.

Le but est de susciter des migrations (esthétiques, culturelles, cognitives, ... ) amenant chacun à (re)considérer l'altérité, la vulnérabilité, la force, et â être/ devenir acteur à sa mesure propre au regard d'enjeux communs ; et de contrer les déplacements symboliques qui sous–tendent les déploiements inopérants (par exemple la valeur quasi transcendante accordée au primat comptable laissant par ailleurs le champ libre à des investissements de type sectaire sur des sujets plus affectivés).

Enfin collectif, enjeux, communs, impliquent une dimension politique de la démarche et un ancrage territorial ; et l'ensemble peut se résumer comme étant un projet de rencontre, qui intègre la démarche de la recherche–action : expérimentation/ évaluation/ adaptation et amélioration du collectif chercheur.


RRES FR EN